Des militants Force Ouvrière de la Loire

Corée du Sud. Non au retour de l’autoritarisme !

mardi 10 juin 2014 par Denis RIVIER

La Présidente PARK Guen-hye de la Corée du Sud, LEE Kun-hee, P.-D.G. du groupe Samsung et sa direction générale sont nostalgiques du passé ténébreux autoritaire de leur pays.

La première organisation syndicale de masse dans le groupe Samsung, la section des employés des services électroniques qui compte environ 1600 membres, affiliés au Syndicat Coréen des ouvriers métallurgistes, est en grève illimitée. Ces travailleurs revendiquent l’arrêt de la répression et le respect de leur syndicat, la sécurité de l’emploi dans les trois centres où il est davantage présent, un salaire décent et une première convention collective.

Au cours de cette grève, le 17 mai, YEOM Ho-seokle, 33 ans, président d’une section locale, s’est immolé en protestation à la répression continuelle exercée par Samsung. Lors d’une veillée funèbre, le 18 mai, 300 officiers de police ont pris d’assaut la chambre mortuaire, aspergeant 50 de ses proches endeuillés de gaz lacrymogène et arrêtant 25 d’entre eux. Ils ont enlevé le corps et l’ont incinéré contrairement au dernier vœu du défunt qu’il reste intacte jusqu’à la résolution du conflit pour que son sacrifice serve la cause de l’élargissement des droits syndicaux à Samsung, qui pratique une gestion du personnel dite « sans syndicat ».

La police et le procureur ont emprisonné WI Young-il et LA Du-shik, respectivement président et vice-président d’autres sections locales du même syndicat pour résistance à la police lors du raid.

Vous pouvez participer à cette campagne en vous rendant sur le site de LabourStart

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 834388

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site International   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License