Des militants Force Ouvrière de la Loire

La fermeture par Gemalto du site de Saint Cyr en Val (Orléans) n’était pas justifié

mardi 15 novembre 2011

Contrairement au conseil des prud’hommes, la chambre sociale a estimé que la fermeture de St-Cyr-en-Val n’avait aucune justification économique.

Le lien

« C’est une joie immense et un grand soulagement », lâche Jocelyne Chesneau. Ce jeudi, la cour d’appel d’Orléans vient de donner gain de cause à cette ancienne salariée de Gemalto et à trente-trois autres de ses collègues, licenciés en 2008.

Infirmant le jugement du conseil de prud’hommes rendu au début de cette année, la chambre sociale vient de dire très clairement que le licenciement des 362 employés sur le site de Saint-Cyr-en-Val était illicite : « Quel que soit l’angle sous lequel le problème peut être examiné, la sauvegarde de la compétitivité de l’entreprise nécessitant une réorganisation n’est pas caractérisée », indique la cour d’appel dans son arrêt.

Une hausse de 3 %

Ce faisant, elle contredit sérieusement l’argumentation que la direction de l’entreprise, spécialisée dans la fabrication de cartes à puces, avait avancée pour justifier la fermeture de son site.

À l’époque, le groupe estimait devoir se réorganiser pour s’adapter à l’évolution des marchés et maintenir sa compétitivité. Or, dans le même temps, rappelle la cour, le directeur général du groupe, Olivier Piou, se répandait dans la presse pour évoquer la bonne santé économique de ses sociétés. Ainsi, quelques semaines après les licenciements, il déclarait au Figaro que le groupe avait dégagé un chiffre d’affaires, en 2008, de 1,68 milliard d’euros, en hausse de 3 %.

L’article de la Nouvelle république


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 781862

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Archives 2011   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License