Des militants Force Ouvrière de la Loire

Lettre aux organisations ouvrières de Saint Etienne

vendredi 12 juin 2009 par Denis RIVIER

Lettre aux organisations ouvrières de Saint Etienne

3 000 licenciements par jour. Dans des milliers de foyers, c’est le chômage partiel qui mine les ressources. Et l’arrogance patronale qui s’étale : parachutes dorés, stock-options, golden-hello, retraite-chapeau, horoscopes sur la sortie de la crise. Et son pendant : salaires bloqués ou revus à la baisse, licenciements pour un oui ou un non, plaintes contre les ouvriers qui se défendent.

Ceci est en quelques lignes la condition ouvrière aujourd’hui. Chercher des exemples locaux ? Pourquoi faire, dans toute la France, dans toute l’Union Européenne, c’est la même musique.

Les journées d’action « saute-mouton » font preuve de leur inefficacité. Les salariés ne refusent pas de se battre. Ils l’ont prouvé les 29 janvier et 19 mars. Mais perdre une journée de salaire pour rien, ce n’est guère motivant.

Il est vain d’espérer du gouvernement Sarkozy une quelconque réponse positive à nos revendications. Le dire, c’est semer des illusions. C’est à partir de la base que nous devons construire le mouvement qui virera ce gouvernement, mais nous savons aussi que seul, boîte par boîte, nous serons battus.

C’est tous ensemble, en même temps, le même jour, au même endroit que nous devons manifester.

Pour chasser ce gouvernement qui n’apporte que la misère.

Pour interdire les licenciements.

Pour des salaires décents.

Une telle manifestation suppose une grande organisation et une énorme mobilisation.

Pour organiser une telle mobilisation, nous vous proposons d’organiser ensemble, une Assemblée Générale des militants ouvriers de Saint Etienne. Une telle Assemblée permettrait de discuter ensemble et de trouver ensemble les voies de la mobilisation de chacun.

Pour cela, nous nous adressons aussi à nos syndicats, à nos directions fédérales et confédérales parce qu’il est de leurs responsabilités de prendre position et d’organiser une telle manifestation.

Les délégués syndicaux CGT, CFDT, CGT-FO de l’usine Flextronics à la Talaudière le 26 mai 2009.

Nous appelons tous les travailleurs du public et du privé à signer cette lettre et à la faire circuler.

Pour tout contact : 06 88 97 47 41 ou denisrivier@yahoo.fr ou section syndicale FO Flextronics 443, rue René Cassin 42350 La Talaudière

Vous pouvez signer la pétition en ligne ou participer à sa discussion

Le texte de l’appel en pdf

PDF - 47.7 ko
Lettre aux organisations ouvrières

13 Signatures

Date Nom Message
10 décembre 2009
Amandine
Je soutiens votre cause.
22 novembre 2009
Joss
20 novembre 2009
Pierre
17 novembre 2009
Julie
12 novembre 2009
Erwan
Je soutiens votre cause.
31 août 2009
Patricia
16 juin 2009
canicatti fabienne vienne 38200 france
12 juin 2009
David-psh42
Haaaaaa ENFIN !!! Cette initiative est attendue par beaucoup, c’est la seule solution pouvant etre efficace aux yeux de nombreux collègues, il y’en a assez de ces manif/pique-nique, ou grève d’un jour qui nous font perdre trop d’argent. Je fais circuler dans ma boite et plus encore.
11 juin 2009
GAUTIER Danielle
L’histoire le prouve SEULE LA LUTTE PAIE. et si nous voulons nous ensortir il faut absolument une coordination des luttes, et non un soupoudrage, un jour l’un et un jour l’autre.... Nous pouvons organiser des rencontres et éventuellement amener des mondes pour soutenir votre bataille. qui est juste... Bon courage.
10 juin 2009
François
Très bonne initiative de votre part, il faut mettre tout le monde en ordre de bataille dés la rentrer pour imposer l’interdiction des licenciements, la hausse des salaires, et stopper toute les mesures liberticides du gouvernement sarkozy ! Seul la lutte paie !
10 juin 2009
macops
TOUS UNIS, le même jour, toutes les catégories professionnelles, services publics et privés, bloquer le pays pour une durée illimitée si l’on veut être efficace. Les grèves sporadiques qui durent depuis deux ans sont inutiles. Le "président" NE LES VOIT TOUJOURS PAS... SOUTIEN SOLIDAIRE et FRATERNEL
10 juin 2009
monica
il est bien évident que je soutiens les actions que vous voulez mettre en place, à partir de la base !! les représentants des organisations doivent comprendre qu’il faut compter avec elle, et que tous unis, nous y arriverons...... mais quel boulot ! bon courage, amicalement
10 juin 2009
Vincent Périer

Forum

  • Lettre aux organisations ouvrières de Saint Etienne
    12 juin 2009, par Denis RIVIER

    A Marseille, les militants s’interrogent sur la stratégie de leur syndicat

    LEMONDE.FR | 12.06.09 | 14h44 • Mis à jour le

    Marseille, envoyé spécial

    Comment continuer la mobilisation ? Manifester, à quoi ça sert ? Nombre de militants se posent ces questions à la veille de la sixième journée d’action à l’appel des huit syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA), samedi 13 juin.

    A Marseille, la trublione qui aime rivaliser avec Paris avec les chiffres de manifestants annoncés sur la Canebière, beaucoup pestent contre la succession de journées d’action : six en six mois. Dans tous les syndicats, on reconnaît avoir du mal à mobiliser. Beaucoup rêvent de mouvements " victorieux " mais avouent ne pas savoir comment faire. Certains ont fait la "grève de la grève", le 26 mai, à l’occasion de la dernière journée d’action. Sur le même sujet Edition abonnés Archive : Syndicats et patronat vont négocier des mesures contre la crise

    Lors du comité départemental de la CGT des Bouches-du-Rhône, lundi 8 juin à Arles, le débat a été vif. Pour Yves Castino, secrétaire général de la fédération santé à Marseille, "il y a une vraie colère des salariés, partout, et le syndicat doit être capable de travailler aux convergences : beaucoup d’actions se déroulent les unes derrière les autres, ou à côté des autres, rien n’est coordonné". Ce dirigeant, 51 ans dont 27 ans de service dans les hôpitaux, s’inquiète d’une stratégie qui s’inscrit trop dans la durée : "Attention au retour de manivelle si on attend trop, avec un gouvernement qui joue le pourrissement." Pour lui, la journée du 26 mai, pour laquelle les huit syndicats prônaient des actions "locales et diversifiées", c’était "la montagne qui accouche d’une souris".

    "ENTERREMENT DE PREMIÈRE CLASSE"

    Même son de cloche pour Lionel Zaouati, secrétaire de la CGT des Caisses d’allocation familiale : "Le 26 mai a été un enterrement de première classe, les gens sont prêts à en découdre mais avec des chances de victoire, pas pour faire des barbecues, des sardinades", dit-il .

    Secrétaire du syndicat CGT des Mutuelles de Provence, Gérard Luigi est plus remonté encore. "On nous promène depuis des mois, la direction de la confédération ne veut pas en découdre avec le patronat et le gouvernement", proclame-t-il. L’unité "historique" des huit est une bonne chose, "mais si cela débouche sur une journée d’action tous les deux mois, elle ne sert à rien". Il préfèrerait "trois ou quatre journées consécutives, pour forcer le gouvernement à négocier", mais il reconnaît dans le même temps que, dans son entreprise du privé, "pour une journée de grève, on appelle à une demi-journée afin que les gens ne perdent pas trop d’argent et aillent à la manif".

    Le responsable des marins CGT, Serge Melchione, dit que les choses sont compliquées. " Le rapport de forces et la grève sont ancrés culturellement chez les marins, explique-t-il. Mais ce n’est pas facile d’amplifier le mouvement, de dire aux gens que s’ils ne bougent pas, ils n’auront rien. Et ce n’est pas forcément en appelant à la grève générale que ça peut mobiliser." Ce débat traverse tous les syndicats. Claude Argy, responsable du puissant syndicat des territoriaux FO de Marseille veut "une grève générale franche". Le 26 mai ? "On n’y a pas été, ce n’était pas à la hauteur de la situation", dit-il. Et samedi, il n’ira pas non plus pour "préserver ses forces pour les combats à venir" explique ce dirigeant, 56 ans dont 38 de syndicat.

    "UNE BATAILLE PLUS DURE"

    La grève de la grève, certains l’ont faite. "Le 26 mai, je suis allée travailler, explique ainsi Brigitte Ibanez, militante SUD-PTT. J’en ai marre des actions ponctuelles et de perdre un jour de salaire pour rien." Mais cette militante qui travaille depuis trente ans aux chèques postaux se dit " prête à une bataille plus dure, plusieurs de jours de grève ".

    A la CFDT, on s’interroge aussi sur les nouvelles formes d’action à trouver. Lydia Auer, responsable du syndicat marseillais de la propreté, en a "ras le bol". "On fait, on fait, mais ça ne débouche pas et les gens nous disent ’pourquoi ?’, confie-t-elle. Ce serait bien de faire comme à la Guadeloupe, ce serait plus efficace, mais les gens ne suivraient pas, ils ont des crédits, ils doivent manger."

    Les directions nationales connaissent ces difficultés. Pour Marcel Grignard (CFDT), "s’il y a peu de critiques sur la stratégie, il y a un débat légitime sur l’efficacité d’une action au regard de ce qu’elle permet d’obtenir". Et les mobilisations depuis janvier ont, selon lui, permis d’avancer. Annick Coupé (Solidaires) tempère ce sentiment : "Le bilan, c’est que les actions de l’intersyndicale n’ont pas permis de faire reculer le gouvernement et le patronat et c’est normal qu’il y ait des doutes." Maryse Dumas (CGT) reconnaît une situation "compliquée". "La crise dure, le débat sur la tactique des luttes se fait dans un contexte difficile, dit-elle, mais pour parler de reconduction ou de généralisation des grèves, il faut voir déjà qui est en grève une journée." Rémi Barroux

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 995482

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Archives 2009   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License