Des militants Force Ouvrière de la Loire

Défendre les régimes spéciaux

vendredi 23 novembre 2007 par Denis RIVIER

Défendre les « régimes spéciaux » ?

La première chose à savoir, c’est que cela ne sauvera pas le régime général des retraites. Les retraités des régimes spéciaux ne représente que 4.2% de l’ensemble des retraités. La mine d’or du financement n’est pas là. Retraites chapeaux et placements d’actions pour hauts dirigeants, c’est de l’argent détourné du financement du régime général et les montants sont hallucinants quelques fois. De plus le régime général des retraites est pillés par les autres régimes : commerçants, professions libérales, professions indépendants, qui ont toujours refusé de cotiser comme le régime général, mais sont toujours là pour se faire financer.

Et la SNCF…

De plus, il faut savoir que dans le cas de la SNCF, les cotisations payées par un salarié représente 36% de son salaire alors qu’elles ne représentent (retraite et retraite complémentaire) que 26% du salaire d’un salarié du régime général. D’une certaine façon, cheminot paie sa retraite anticipée. De plus le taux de remplacement de la retraite par rapport à l’ancien salaire n’est que de 67% contre 77% dans la Fonction Publique et près de 80% dans le privé. Enfin, la direction de la SNCF se réserve le droit (et elle en abuse) de mettre les conducteurs à la retraite dès 50 ans et 55 pour les autres. Ce qui implique qu’ils aient des pensions réduites. Et des carrières aussi.

L’alibi de la pénibilité.

L’argument « béton », c’est l’équité (pas la justice…). Au nom de la pénibilité, on explique qu’il est « normal », « juste » que la durée du travail soit pour tous et toutes pareille. La « pénibilité » c’est un discours de faux-culs. Les premiers accords sur la pénibilité datent de 2003. Des négociations ont lieu depuis 2005. Avez-vous vu venir quelque chose de ce coté là ? Rien. A part que le grand négociateur MEDEF sur la pénibilité était celui de la caisse noire et des petites enveloppes. Depuis 4 ans, des mesures auraient pu venir pour les personnes qui ont eu des carrières « pénibles » : travail posté, aux intempéries, travail de nuit, … RIEN – NOTHING- NADA ! Circulez, il n’y a rien à voir. Se rappeler quand même que l’espérance de vie d’un ouvrier ou d’un employé est beaucoup plus faible que celle d’un cadre ou d’un membre de professions libérales.

Un contrat, c’est un contrat.

Il faut se rappeler que pour attirer du monde dans ces métiers les clauses de retraites étaient connues dès l’embauche. On ne change pas un contrat en cours d’exécution.

Tous les régimes spéciaux ?

Bien sur que non ! Les députés s’en sont exemptés, les militaires et les policiers ne sont pas touchés. Et que quand il y a un problème, la première action est d’exonérer de cotisations. L’existence des régimes spéciaux est la seule chose qui nous permet, à nous, salariés du privé, de demander le retour aux 37.5 annuité, au calcul sur les 10 meilleures années et à l’indexation des retraites et pensions sur le privé. Une défaite des cheminots serait un défaite pour tous.

Défendre nos revendications !

 Les salaires, 172% d’augmentation ! L’exemple vient d’en haut.
 Abrogation des décrets Balladur !
 37.5 années de cotisations, 10 meilleures années et indexation des retraites sur les salaires et pas sur les prix !
 Pas de franchises pour la Sécu !
 Nous ne sommes pas coupables d’être malade ! Franchise NON !

Défendre les « régimes spéciaux » !

La section CGT-Force Ouvrière de Flextronics, le 21 novembre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 737008

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Défendre les retraites   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License